Chercheur.es associé.es

Ritambhara Hebbar

Professeure et doyenne, School of Development Studies at the Tata Institute of Social Sciences, Mumbai

Ritambhara Hebbar est professeure et doyenne de la School of Development Studies du Tata Institute of Social Sciences, à Mumbai. Elle a obtenu son doctorat en sociologie au département de sociologie de la Delhi School of Economics de l’université de Delhi en 2004. Son travail de doctorat portait sur la tribu Ho dans le district de West Singhbhum à Jharkhand, en Inde. Il s’agissait d’une étude ethnographique d’un village situé dans une forêt protégée et du mouvement pour l’autonomie dans la région. Elle s’est spécialisée et écrit régulièrement sur les tribus en Inde, en particulier sur la culture, le mouvement pour l’autonomie, les femmes et les droits fonciers, et la gouvernance tribale. Elle est l’autrice de plusieurs articles et ouvrages dans son domaine d’expertise.

Konrad Sioui

Chercheur associé, OAPA; Photo Yan Doublet

Titulaire d’une maîtrise en administration publique de l’ENAP et ayant complété des études doctorales en science politique à l’Université Laval, Konrad Sioui fut Grand chef et directeur général de la nation huronne-wendat de 2008 à 2020 et chef régional de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Laborador de 1985 à 1991, où il a agit comme porte-parole officiel et national sur les questions de réforme constitutionnelle entre 1984 et 1994. Au printemps 1990, il a obtenu une décision unanime et historique de la Cour suprême du Canada contre le Québec et le Canada, connue sous le nom de « décision Sioui ». Cette décision reconnaissait que les traités conclus entre la Couronne et les Premières nations sont des accords internationaux conclus entre des nations souveraines. M. Sioui a représenté l’Assemblée des Premières Nations à Genève de 1985 à 1992. Il a pris la parole à de nombreuses reprises devant le groupe de travail des Nations unies sur les peuples autochtones sur des questions telles que les droits issus de traités, les droits de l’homme, les droits des enfants et des personnes âgées, les droits fonciers et le développement. Il s’est également adressé à la Commission des droits de l’homme des Nations unies sur l’urgente nécessité de modifier la Charte des Nations unies pour permettre l’accès des peuples autochtones du monde.

Véronique Rankin

Chercheuse associée, OAPA

Directrice générale de l’organisation Puamun Meshkenu et membre de la Première Nation Abitibiwinni (Pikogan), Véronique possède une expérience de près de 20 ans au sein de diverses organisations autochtones et gouvernementales. Elle détient une maîtrise et une attestation d’études de 3e cycle en administration publique. Ses différentes expériences de travail l’ont amené à travailler auprès de différents groupes autochtones sur communauté, en milieu urbain et en région éloignée principalement dans les domaines de l’éducation et de la santé.

Francis Paradis

Chercheur associé, OAPA

Francis Paradis est entré en fonction à titre de directeur du Bureau du Québec à Mumbai en septembre 2019.

M. Paradis compte près de 15 ans d’expérience au sein de la fonction publique québécoise. Depuis juin 2018, il occupait le poste de sous-ministre adjoint aux partenariats d’affaires et aux services aux clientèles au ministère du Tourisme. De 2016 à 2018, il a été chef de poste du Bureau du Québec dans les Provinces atlantiques au ministère du Conseil exécutif et, de 2011 à 2016, directeur des services aux Autochtones et du développement nordique au ministère de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Il a travaillé notamment avec le Conseil en éducation des Premières Nations, la Commission de développement des ressources humaines des Premières Nations du Québec pour l’établissement de l’enseignement professionnel et des adultes au sein des communautés, le Centre de développement de la formation et de la main-d’oeuvre Huron-Wendat, le Centre des Premières Nations Nikanité de l’UQAC, et sur plusieurs projets liés au développement de l’éducation au sein des communautés autochtones.

Bachelier en psychologie de l’Université du Québec à Trois-Rivières, M. Paradis est titulaire d’une maîtrise en administration des affaires pour cadres de l’Université du Québec à Chicoutimi, d’une maîtrise en administration publique de l’École nationale d’administration publique ainsi que d’une maîtrise en sciences de l’activité physique de l’Université Laval. Il a également obtenu la certification en gouvernance de société offerte par l’Université Laval. Il a été chargé de cours pour l’ENAP pendant plusieurs années.

Magali Vullierme

Chercheuse associée, OAPA

Magali Vullierme est détentrice d’un doctorat (Ph.D.) en science politique de l’Université Paris-Saclay-UVSQ. Ses recherches visent à mieux comprendre les interrelations entre, d’une part les populations autochtones et locales des régions arctiques, et, d’autre part, les enjeux multi-scalaires de sécurité (collaboration avec les Forces armées, risques liés au changement climatique, sécurité sanitaire). Elle a conduit plusieurs terrains dans l’Arctique, notamment au Nunavik et au Nunavut avec des patrouilles de Rangers Canadiens, au Groenland ou encore en Sibérie orientale, à Yakutsk et dans la région de Bulunsky pour le projet de la Commission Européenne « Nunataryuk » (n° 773421, EU Horizon 2020). Magali Vullierme est récipiendaire d’une bourse postdoctorale MITACS Elévation 2021-2023 (ACR/CHUM-UdeM) finançant une recherche sur l’ « Accès à l’imagerie médicale dans les communautés nordiques et isolées : évaluation par méthodes mixtes de la qualité et de la sécurité culturelle des services au Québec ».

Khalid Massad

Chercheur associé, OAPA

Khalid Massad compte une expérience professionnelle dans la fonction publique fédérale, en milieu communautaire et en politique fédérale.
Installé depuis plusieurs années sur la Côte-Nord, une proximité avec les communautés innues adjacentes ainsi qu’une expérience en tant qu’attaché politique lui ont permis de développer une connaissance de plusieurs enjeux et préoccupations autochtones.
Il détient un diplôme de master en droit international public, avec une spécialité en droits fondamentaux (Université de Nantes en France) et complète actuellement une maitrise en administration publique à l’ÉNAP.